Je ne sais pas vous, mais voir Science et Vie Micro, autrement dit SVM, disparaitre en Juin, cela me fait un p’tit pincement au cœur.

Sentimental, moi ? Oui sans aucun doute, car s’il n’y avait pas eu ce numéro un de SVM, acheté pour m’occuper alors que, tout gamin, je passais quelques jours loin de ma famille, je n’aurais sans aucun doute pas reçu ce délicieux virus de l’informatique, celui là même qui m’a fait arriver jusqu’à ce blog, jusqu’à Infracom avant cela.

Il faut dire que ce virus avait débuté un peu avant avec le numéro un de la revue concurrente, l’Ordinateur Individuel, à une époque où un ordinateur était encore accessible, où les sociétés toutes puissantes n’avaient pas encore la main-mise sur le firmware et le hardware, à une époque où « compatibilité » était encore un simple mot dans le dictionnaire, une époque où les constructeurs rivalisaient d’ingéniosité pour proposer le p’tit plus, celui qui allait vous convaincre d’acheter cet Oric Atmos capable de faire « pouet pouet »‘ avec une seule ligne de Basic, ou cet Apple IIe disposant d’un port d’extension tellement pratique pour bricoler un peu, voir ce TRS80 modèle 1 capable, via son interface d’expansion, de profiter d’une résolution graphique bien au delà des pavés verts de base, qui plus est en couleur !

Nostalgique, oui je le suis sans doute, car à l’époque du numéro 1 de SVM, on pouvait encore mettre les mains dans la machine, balancer des instructions avec des POKE et des PEEK en Basic, jouer avec OS9, s’éclater avec le GFA Basic graphique sur un ATARI 520, et j’en oublie. C’était le bon temps, ma bonne dame, celui de la diversité, remplacé depuis par une uniformisation horrible, une standardisation forcée. Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître aurait dit la chanson, un temps qui apprenait à se débrouiller, à chercher, à R.T.F.M (Read That Fucking Manual) avant d’aller ennuyer le service clients, un temps où on avançait en découvrant, en s’auto-formant.

Merci SVM, merci pour ces années de vulgarisation, de scoops souvent, de découvertes, et bon vent à SVM Mac, vestige d’un passé désormais révolu, j’en ai peur…

Be Sociable, Share!