Vous vous souvenez peut être de l’escroquerie à la carte bancaire dont a été victime Infracom, cf ce billet.

Après une plainte en Gendarmerie, une plainte au procureur de la République, une demande d’association de plainte à notre banque (Crédit Agricole Atlantique Vendée), et un contact presse avec Rue89, les retours sont maigres :

La Gendarmerie :

Un simple coup de fil pour conseiller de souscrire à… FIA-NET, ce service offrant une assurance aux commerçants en cas d’escroquerie avérée… J’avoue que j’aurais espéré mieux d’un service publique de ce type, une véritable enquête par exemple, voir même, mais là je dois rêver, être tenu au courant par la cellule chargée de ce trafic, pourtant clairement identifié si j’en juge par les propos tenus à l’époque au téléphone par l’un des enquêteurs.

Le Procureur de la République :

Laissons le dormir en paix, aucun retour, aucun courrier, je ne perdrai plus mon temps avec cela, l’affaire ne doit pas être assez sensationnelle pour intéresser ce brave fonctionnaire 😉

Rue89 :

Là encore, beaucoup de blabla, et aucun résultat, je n’ai pas vu d’article et le journaliste intéressé semble avoir disparu, ou peut-être changé de sujet qui sait… Bien dommage, car il y avait là matière à soulever un lièvre intéressant, en faisant son boulot avec les éléments fournis.

Le Crédit Agricole :

Souvenez-vous, j’avais sollicité cette banque pour s’associer à ma plainte, n’étant pas le seul de leur client impacté par ce réseau d’escrocs. Cela semblait tellement logique de pouvoir aider les clients… mais non ! J’ai reçu un courrier m’indiquant que, conformément au contrat commerçant VISA signé chez eux, je ne pouvais rien leur demander en dédommagement ou autre assurance. En fait, l’auteur se retranche derrière le droit, en me citant les articles du contrat, tel un parfait juriste. Une plainte commune ? Il n’en fait pas mention, surtout pas, pensez-vous, une banque aider un client, ce serait une première 🙁
Fort heureusement tous ne sont pas ainsi dans ce groupement bancaire, et je pense particulièrement à la personne m’ayant aidé pour un passage en TPE ADSL, ne mettons pas tous les crabes dans le même panier non plus.

Bilan de l’affaire ? NUL ! Une Gendarmerie visiblement dépassée, un Procureur absent, une presse qui doit plus chasser le scoop qu’un banal réseau d’escrocs organisés sur internet, et une banque qui joue parfaitement son rôle de pompe à fric, pardon mais je ne vois pas d’autre image sur le coup de la colère.

Depuis, fort heureusement, les sites web d’Infracom ont été fermés aux pays à risque, les commandes douteuses mises sous surveillance (encore 25 Nanostation depuis la Grande Bretagne voici une semaine lol). Ainsi va l’e-commerce en 2010, à mon plus grand désespoir il faut bien l’avouer.

Be Sociable, Share!