Difficile d’en parler ainsi, mais trop, c’est trop, il y a un moment où il faut mettre en garde et agir !

Imaginez un schéma classique : une commande TRÈS urgente, un total de plusieurs centaines d’euros, et une livraison par Chronopost ! Imaginez aussi plusieurs commandes avec des montants moyens de 50/80 € environ, passées en même temps par la même personne, à destination du Maroc, toutes expédiées en urgence avec des frais de port qui dépassent le montant du seul matériel… Vous avez un doute ? MOI AUSSI !! 🙂

En général, ces commandes attendent un jour ou deux, le temps pour le véritable propriétaire de la carte bancaire de la déclarer volée, et, bizarrement, sont toutes refusées lorsque nous validons la transaction…

Proposez alors au client de régler par virement : il devient subitement muet comme une carpe, disparait dans la nature. Qui agirait ainsi ? Je veux mon matériel, j’en ai besoin, donc je me débrouille pour payer mon fournisseur, non ?

Le principe est simple : volez une carte bancaire, dépêchez-vous de passer commande, recevez le matériel puis revendez-le : si vous voyez passer des Powerstation 5 d’occasion, méfiez-vous, cela fait partie de ces commandes frauduleuses…

Généralement les commandes arrivent la nuit : il faut faire vite pour utiliser la carte, avant qu’elle ne soit déclarée volée et bloquée dans le réseau cartes bancaires ! D’autre part, les emails utilisés sont généralement dans un pays n’ayant aucun rapport avec l’adresse de livraison : yahoo.fr pour livrer en Grande Bretagne, par exemple.

Vue la fréquence de ces arnaques, en cas de doute sur une fraude potentielle, nous allons désormais déposer plainte en fournissant tous les éléments, y compris l’adresse de livraison du matériel. Ils pourront ainsi facilement vérifier l’origine de ces commandes, et peut être contribuer à démanteler un trafic organisé.

A bon entendeur… 😉

MàJ : après avoir pris quelques renseignements et conseils d’experts, les informations en notre possession ont été transmises au Procureur de la République qui décidera de la suite à donner et saisira les services compétents s’il y a lieu.

MàJ du 24/02 : un domaine rarement abordé par les boutiques en lignes, mais pourtant nous allons le faire. Nous venons d’être escroqués d’une somme assez représentative pour une petite structure comme Infracom, en dépit de nos multiples précautions.
Plainte contre X a donc été déposée à la Gendarmerie : il s’agit d’un réseau opérant en France, utilisant des personnes au chômage comme boîte aux lettres, personnes qui réexpédient immédiatement le matériel, en toute bonne foi au départ…, vers des pays Africains, la Côte d’Ivoire dans notre cas !! Le combat va alors commencer avec notre banque, le Crédit Agricole Atlantique Vendée, de façon à récupérer la somme via leurs assurances ou un quelconque fond de garantie car oui, vous l’aurez compris, dans un tel cas le commerçant n’a plus que ses yeux pour pleurer, sauf à souscrire (= payer en langage bancaire…) à un système automatisé utilisant le 3DSecure (la conseillère clientèle a encore essayé de me l’imposer au téléphone il y a 15 mn…).

MàJ du 23/03 : près d’un mois a passé, sans nouvelles du Crédit Agricole, ce qui ne me surprend nullement… Une banque est plus prompte à encaisser les différents frais imposés à ses clients qu’à agir efficacement en cas de problème, comme c’est ici le cas, il fallait s’y attendre. Le plus choquant est je crois le fait que la banque ne s’associe pas au dépôt de plainte, alors que d’autres clients ont sans doute été victimes de ce système. Dont acte, devant le mutisme du Crédit Agricole Atlantique Vendée, je viens d’adresser un dossier complet à différentes rédactions françaises : l’information sortira donc au grand jour, le réseau organisé sera évoqué, et le nom de la banque mis en avant.

MàJ du 23/03, 15h : un grand site d’information a répondu à l’appel et possède désormais toutes les informations nécessaires pour enquêter. Toujours aucune réponse du Crédit Agricole Atlantique Vendée…

MàJ du 24/03, 10h : le Crédit Agricole n’offre aucune indemnisation, c’est clairement dit, ils n’ont rien prévu dans un tel cas… Pas de réponse non plus quant à un dépôt de plainte de leur part, c’est le mutisme total chez cette grande enseigne bancaire française 🙁 Je me suis permis de contacter par email quelques confrères et concurrents, pour leur présenter le problème, espérant ainsi les informer et leur éviter des déboires.
Une nouvelle commande frauduleuse est arrivée ce matin, au nom de Serge M.. Précédemment, Florence M… avait servi elle aussi de pigeon-réexpéditeur. Vous l’aurez compris, désormais les noms des boites-aux-lettres seront rendus publiques, sans toutefois donner l’intégralité des informations ! Nous pourrons ainsi tenir une liste noire des clients factices, utilisés par le réseau en Côte d’Ivoire, ces personnes manipulées par les escrocs ivoiriens et utilisés comme boite postale.

Màj du 25/03, 18h : nouvelle commande frauduleuse, détectée sans soucis. Désormais, les accès direct depuis les pays africains et autres pays à risques ont été suspendus. La boutique en ligne n’est plus joignable, le blog non plus, et nos autres sites seront eux aussi prochainement bloqués. Le pirate utilise les services d’un FAI en Côte d’Ivoire, AVISONET, identifié avec l’adresse IP enregistrée par la boutique en ligne. Je les ai contactés pour voir s’ils avaient une solution, sans grand espoir…

Màj du 30/03, 7h30 : bien entendu, le « je vous tiens au courant dès demain » annoné avec soin par le Crédit Agricole local n’a pas été suivi d’effets, j’attends toujours une hypothétique réaction de ma banque… Cela en devient tellement désespérant que j’avoue commencer à étudier un changement de banque, vu le peu de support de celle-ci lors d’une situation de crise.
Bonne nouvelle par contre, une brigade de gendarmerie spécialisée a pris contact, parfaitement au courant du dossier. Désolé de ne pouvoir en dire plus, la discrétion doit hélas rester de mise pour le moment, mais j’ai bon espoir que l’affaire avance, lentement, mais sûrement.A
Pas de réponse d’Avisonet, mais est-ce bien étonnant ?

Màj du 21/04, 8h15 : fallait-il s’en douter, toujours aucun retour du Crédit Agricole, toujours aucune plainte de la part de cette banque donc. Je vous laisse en penser ce que vous voulez, mon opinion est en tout cas déjà faite à ce sujet là, je suis impatient d’être un jour relancé pour un quelconque service bancaire, mon argumentaire est prêt ! 🙂
Pas de retour judiciaire non plus, l’enquête doit suivre son cours, patience donc… Côté presse, l’article prévu est en stand-by mais le contact est maintenu. Là encore, patience…

A suivre…

Be Sociable, Share!