A force de ne rien faire, le groupe Bolloré risque de voir la suppression de sa licence Wimax ! En effet, faute d’investissement conséquent, le titulaire de la licence nationale devrait logiquement voir son autorisation disparaitre, ainsi pourrait en décider l’ANFR, le régulateur des fréquences en France.

Seules 200 stations de base ont été déployées, contre un millier indiquées lors de l’acquisition de la licence Wimax. Peu considérée en France, cette technologie a essentiellement été déployée par des opérateurs tel Altitude Infrastructure, mais uniquement dans une minorité de départements.

Avec l’arrivée prochaine de la 4G/LTE, il est fort probable que le Wimax prenne un sérieux coup de vieux en seulement quelques mois, à moins que les opérateurs ne sachent réagir rapidement et efficacement, avec par exemple des offres à des débits au delà des 2 ou 4 MBps habituels.