Avec l’arrivée des beaux jours, c’est un renouvellement quotidien, année après année, les professionnels cherchent à mettre à niveau leurs installations, ou tout simplement installer une couverture WiFi là où il n’y avait, jusqu’à présent, rien.

Et forcément, dans une société qui se dit en crise, le devis le moins disant fait souvent force de loi : on va au moins cher, même si on vous propose quelque chose qui techniquement ne tiendra pas la route. Sans prendre la grosse tête, avec 20 ans d’expérience dans l’univers des ondes radio, bien avant le WiFi, j’ai pu développer une certaine habitude de ce qu’il faut faire et surtout de ce qu’il ne faut pas faire.

Tenez, l’exemple le plus flagrant reste celui de la couverture d’un camping, un espace rarement totalement goudronné et sans arbres, ou alors vous avez confondu avec un parking de supermarché 😉 Eh bien ces campings, certains « professionnels » vont vous les couvrir en installant 2 ou 3 bornes sur antenne omni en montant la puissance au maximum!
Quand on connait les propriétés des fréquences WiFi en 2.4 GHz, phobiques des végétaux, des matériaux denses et de l’eau, imaginez ce que cela donne au final : couverture oui, mais à condition de bien tenir le smartphone à bout de bras ! Mieux encore, souvent ces différentes bornes vont être mis en mode WDS : TOUT sur une seule et unique fréquence, que ce soit le transport d’une borne vers l’autre, mais également les clients ! Génial, vous obtenez au final digne d’une 4G chez Freemobile, c’est à dire bien en dessous de tout le monde.

WDS, source Wikipedia

WDS, source Wikipedia

Alors oui, forcément, en fonctionnant ainsi on arrive à installer 5 bornes pour 500 €, mais avec quelle efficacité par contre ?! Avec quels débits ?! Eventuellement, on peut faire mieux, utiliser des bornes bi-bande et les relier sur 5 GHz, mais là encore la même fréquence servira de voie de transport, réduisant le débit maximum atteignable.

Au final, on s’aperçoit que seule une distribution centralisée fonctionnera correctement : un site qui diffuse le réseau sur 5 GHz, xx sites qui le récupèrent avant de rediffuser sur 2.4 GHz, sur des canaux différents à chaque fois. On installe ainsi autant de micro-cellules que nécessaire pour obtenir une couverture suffisante, avec la possibilité de rajouter un site de distribution quelque part sur le camping, pour encore mieux couvrir. Oui, cela suppose un peu plus que 3 bornes, mais au final le WiFi arrivera vraiment partout, sans avoir à s’asseoir sur la réglementation et augmenter la puissance, sans avoir à installer un matériel qui ne donnera jamais entière satisfaction.

Monwifi.fr propose un pack camping simple, avec 4 zones de distribution et une gestion complète via un Wifipak. Ce n’est bien entendu qu’un exemple car chaque site comporte ses particularités, que ce soit au niveau de la végétation, de la forme, ou souvent du relief qu’il faudra franchir.

En conclusion, attention donc aux moins disants qui vous offriront forcément un matériel simple et peu adapté. Attention aux devis peu précis, aux mentions 2.4 MHz au lieu de 2.4 GHz (vécu !!) qui incitent de prime abord à prendre le pseudo « professionnel » pour un clown sans connaissances ni expérience d’un réseau sans fil 😉

 

Be Sociable, Share!