Je suis effaré quand je lis que Freemobile gagne toujours des clients, mais surtout j’aurais aimé comprendre QUELS CLIENTS : ceux qui surfent ou ceux qui téléphonent ? Ceux qui vont payer 20 € ou ceux qui profitent du forfait à 2 €, le moins cher du marché ?

Car dans le premier cas, aller chez Freemobile pour espérer surfer, c’est aussi dingue que d’écouter des mecs vierges vêtus d’une robe longue vous donner des leçons d’amour et de sexualité. Oui, pour surfer, allez n’importe où, même chez SFR au pire, mais surtout pas chez Freemobile. Diffamation ? Non, regardez twitter, cherchez un peu, et vous verrez les déçus, dont pas mal de parisiens qui ne comprennent pas pourquoi ils n’ont pas de réseau ou pas de débit !

Et puis comparons, comparons par exemple via le site Sensorly, observons les cartes de couverture 3G sur la Loire Atlantique, et même un peu au delà :

orange loire atlantique 3G

Couverture Orange 3G

freemobile loire atlantique 3G

Couverture Freemobile 3G

bouygues loire atlantique 3G

Couverture Bouygues 3G

Là on ne m’accusera pas de Freemobile bashing, ces cartes sont celles transmises par des utilisateurs de Sensorly, des cartes réelles, pas bricolées par les opérateurs ou des sites de fanboys bienveillants et totalement acquis à la cause de Saint Niel.
Le gruyère ? C’est le réseau propre de Freemobile, celui sur lequel je me base car en roaming Orange, tout le monde est désormais conscient des filtrages mis en place sur Youtube, Facebook, Spotify, Deezer, ou tout autre service consommateur de données (et donc générateur d’une facture Orange plus élevée pour Saint Niel, logique) : en roaming, Freemobile est inutilisable en surf, adieu l’expérience du haut débit, bonjour l’expérience du RTC à 28 000 Baud, hélas trop souvent vécu ici.

Je suis un menteur ? Je manipule ? Regardez si on zoom arrière et découvrons la France d’Orange 3G et celle de Freemobile :

orange france 3G

Orange 3G

freemobile France 3G

Freemobile 3G

Je pense que c’est assez parlant, le gruyère, c’est encore Freemobile, mais ne lui jetons pas non plus trop de pierres, il faut lui laisser le temps de construire son réseau, c’est, après tout, le dernier entrant dans le monde merveilleux de la téléphonie mobile et Rome ne s’est pas faite en un jour.

Seulement, même sur le réseau propre de l’opérateur, celui supposé correctement relié, voir parfois fibré, les débits peuvent réserver des surprises : allez chercher les photos sur Twitter, et faites vous une idée.

Oui, il y a quelques exemples à 90 Mbps, waouhh, mais trop souvent, en 3G, c’est réduit à peau de chagrin, à croire que les relais sont connectés à de simples Freebox recyclées, branchées sur une ligne ADSL de campagne à 2 Mbps ! Oui Saint Niel, c’est hélas l’impression que donne votre réseau 3G en campagne (et même parfois en ville), à croire que vous n’avez pas réussi à relier vos antennes avec des liaisons très haut débit, à croire qu’elles saturent, ou à croire qu’elles ont été installées par un bricoleur du dimanche. C’est vraiment dommage car côté ADSL, je suis personnellement super content de Free.

L’impression de tout ceci ? Un vaste bricolage, un réseau qui semble soit mal relié, soit mal dimensionné, soit mal configuré, mais un réseau propre Freemobile qui donne rarement des débits 3G corrects, et cela je l’ai constaté à maintes reprises lors de déplacements en Loire Atlantique. Je ne peux pas affirmer que c’est le cas partout en France, mais tout de même, j’ai du coup un gros doute sur le sérieux du déploiement : il ne suffit pas de brancher un relais sur la prise secteur, il faut aussi lui donner des capacités, et ça, visiblement ça n’a pas été toujours prévu.

Alors oui, de grands sourires à la TV, se moquer des autres opérateurs, oui on peut le faire, mais ce serait bien de le faire en ayant quelque chose de fiable, de solide derrière, surtout pas en oubliant la grogne des pigeons-clients qui vous ont fait confiance et qui espèrent bien mieux que 1 Mbps en 3G par exemple.

 

Conclusion :

Sauf à profiter d’une offre promotionnelle à 3 ou 4 €, surtout fuyez si vous espérez surfer correctement, payez un prix normal chez Sosh, Bouygues Telecom par exemple, mais ne vous laissez pas tenter par Freemobile pour le moment, attendez que leur réseau soit totalement interconnecté, que la fibre arrive sur tous les sites. Si vous n’aspirez qu’à téléphoner par contre, foncez : à 2 € le forfait de base vous profiterez du roaming Orange et n’aurez aucun soucis de couverture. Oui, la qualité, cela se paie, cela a un prix, ne vous en déplaise. Quand on veut faire du sensationnel bricolé, on peut, mais après il ne faudra pas venir vous plaindre…

Mais même là, j’aurais tendance à payer 2 € supplémentaires et aller chez B and You, juste pour donner un retour de bâton à Freemobile, un retour pour lui faire comprendre à quel point j’ai été déçu de me faire ainsi avoir par les différents filtrages mis en place, simple question de morale, de mentalité sans doute.

Et non, ceci n’est pas de la diffamation, ce ne sont que des constatations d’un ex-client, un ex-client qui a profité d’une vente privée durant 11 mois avant de passer chez Sosh, un ex-client qui a pu comparer Freemobile, Sosh et Bouygues Telecom durant 11 mois et qui a rapidement vu les défauts de celui qui restera dans mon esprit comme Bricolo Mobile, hélas.

 

Be Sociable, Share!