Je joue depuis plusieurs jours avec des platines ESP8266 et j’en découvre toujours plus chaque jour. Le soucis maintenant est de choisir LA platine parfaitement adaptée à mon application : fonctionner comme détecteur d’ouverture, reliée au réseau WiFi d’une box, et transmettant des trames UPD pour signaler les évènements.

Je vais donc revenir sur plusieurs modèles qui me semblent intéressants :

ESP-01 :

La plus accessible des platines avec son gros connecteur et son antenne WiFi intégrée. Elle dispose de deux GPIO, 0 et 2, mais attention : ils ne doivent pas être à la masse lors du boot, sinon la platine se place soit en mode flash, soit en mode de secours, l’idiote !! La encore, forte impression d’avoir un ingénieur Fxxxmobile à l’autre bout tellement ça manque de réflexion côté firmware, c’est impressionnant. Bon, ajoutez une résistance de 1k2 ou 1k en série avec GPIO2, un interrupteur d’ouverture, et la masse, et le boot sera possible, ce n’est pas si compliqué à contourner pour une fois, ouf.

esp8266-esp01

ESP-01

ESP-02 :

Bon là, clairement, il va vous falloir des doigts de fée pour venir souder proprement sur les demi-lunes de la platine. Mais on y arrive avec un bon fer et une bonne loupe, rassurez-vous. Le soucis des GPIO à ne pas relier à la masse au boot subsiste, mais là la résistance de 1k2 n’y fera rien, je cherche encore la bonne valeur, pour le moment en vain. L’ESP-02 est la plus petite des platines, très facile à venir intégrer mais prévoyez tout de même d’y ajouter une antenne avec connectique UFL, un élément qui va occuper un peu de place du coup.

 

esp02_pinout

ESP-02

ESP-03 :

Pour des développements puissants, l’ESP-03 est mon préféré, avec pas mal de GPIO utilisables (au moins 6), sans le soucis de la masse évoqué pour les version ESP-01 et ESP-02. Il a une antenne intégrée plutôt efficace, mais il reste de petite taille : loupe et fer à souder en bon état seront vos meilleurs amis là encore 🙂

 

 

 

es8266-esp03

ESP-03

 

 

Nodemcu :

La platine Nodemcu est celle qui vous demandera le moins d’efforts pour débuter, et surtout aucun câblage : pas besoin de penser à alimenter ci ou ça, à brancher le fil pour programmer la flash, etc. Tout est sur une platine unique, des connexions accessibles, deux boutons pour agir sur la programmation ou effectuer un reset, et une interface RS232 immédiatement opérationnelle. Et je ne parle pas des nombreux GPIO accessibles sans difficultés.

Elle a immédiatement ma préférence pour développer, mais coûte un peu plus cher, forcément.

nodemcu

Nodemcu

D’autres platines existent, mais ne les ayant pas encore testées, cela fera l’objet d’un prochain billet, laissons le temps au temps.

 

Les alimentations :

Toutes ces magnifiques platines ne fonctionnent que sous 3.3 V : adieu donc l’alimentation USB, ou alors via un petit circuit intégré convertisseur, comme on en trouve facilement sur ebay :

esp8266_regulateur

 

Régulateur 3.3vcc

Prenez votre alimentation USB, coupez le connecteur à l’extrémité, dénudez un peu, repérez les fils rouge et noir et testez : vous devez y trouver 5 Vcc. Coupez les autres fils, ils ne serviront pas, et venez souder le rouge (+) et le noir (-) sur le régulateur. Soudez alors la sortie 3.3V (+ et -) sur votre ESP8266.

On peut également la relier sur une alimentation 220V/3.3v, et l’intégrer dans une prise de courant, là encore, direction ebay :

esp8266-alimentation

 

Alimentation 220 V / 3.3Vcc

Ah, un détail qui a son importance : je me suis aperçu que mon convertisseur série/3.3v se mettait souvent à genoux coté alimentation : pensez à utiliser une platine externe pour vous fournir le 3.3v destiné à l’ESP8266, et laissez simplement l’ordinateur alimenter le convertisseur, pas plus. Ce genre de platine ressemble à ça :

esp8266_breadboard

 

Alimentation USB / 3.3Vcc

Elle pourra venir s’enficher sur une platine d’expérimentation (breadboard) : prévoyez d’office tous les petits câbles mâle ou femelle venant s’insérer sur les pinoches ou les trous de connexion, cela vous facilitera grandement la vie, croyez moi. Là encore, sur ebay ce n’est pas cher mais tellement utile.

 

Le développement :

Tout ce petit monde n’a d’intérêt que si vous pouvez développer avec. Pour le moment, ma préférence va au langage LUA, mais vous avez également la possibilité d’utiliser l’environnement des Arduino si le langage C++ vous motive.

Sous OS/X et Ubuntu, j’ai utilisé avec succès ESPlorer, une application Java d’origine Russe qui permet pas mal de facéties avec Nodemcu. Bon ok, il faut un peu galérer pour installer Java, mais une fois fait, ce n’est que du bonheur.

ESP8266-esplorerESPLORER

Sous Winchose, il y a LuaLoader, très bien conçu mais avec hélas l’environnement Winchose que, personnellement, je déteste. A vous de voir donc, mais mon choix se portera indéniablement sur OS/X ou Ubuntu, plus simples, plus ergonomiques, et sans plantages.

esp8266_lua

 

LuaLoader sous Winchose 7

 

 

 

Be Sociable, Share!