La Loire Atlantique reste à gauche, cela n’aura échappé à personne sur ce territoire très dynamique, avec un président actif et responsable, Philippe Grosvalet (@PGrosvalet), et personnellement je m’en félicite.

Oui, le Conseil Général 44 a réalisé de bonnes choses, de très bonnes choses même, avec par exemple les transports Lila, l’aide au plus démunis, mais également agit en faveur du développement industriel. Il n’y a qu’à se tourner vers St Nazaire par exemple, voir la dynamique aux chantiers de construction, sur le site d’Airbus, et plus récemment, sur le pole éolien en train de se créer.

La Loire Atlantique bouge, mais pour ce qui nous intéresse, le Très Haut Débit, elle n’applique hélas que des bouts de ficelle, ajoutant ici ou là des NRA intermédiaires, toujours basés sur une technologie à base de cuivre, ce métal devenu précieux, fortement oxydable (surtout dans une région baignée par l’océan Atlantique), et incapable d’évoluer vers des très haut débit : on va donc dépenser nos sous pour un équipement qu’il faudra rapidement renouveler, car devenu obsolète, super 🙁

Monsieur Grosvalet, pourquoi ne pas avoir osé fibrer, et fibrer en commençant par nos campagnes ?! Oui, en ville, vous avez tous les opérateurs, de Free à Orange, en passant par SFR. Mais sortez du périphérique nantais, et là, c’est le drame : ADSL via des lignes de cuivre des années 50, un peu de câble parfois,mais c’est rare, du Wimax si on file un peu plus bas en Vendée, et c’est bien tout.

Monsieur Grosvalet, oser la fibre optique c’est aussi oser le développement des petites entreprises, c’est oser voir des industries s’implanter en campagne, attirant à la fois les familles et la consommation dans des zones qui n’était plus en odeur de sainteté jusqu’à présent. Le très haut débit, c’est un investissement, c’est évident, mais un investissement sur l’avenir surtout : vos pansements en cuivre, combien d’années vont-ils tenir ? 5 ans ? Un peu plus ? Pensez-vous qu’apporter 20 Mbps aux abonnés les plus proches suffira à donner cet accès très haut débit que tout le monde attend ? Et dans 5 ans, qu’allez-vous faire ? Investir de nouveau, une fois de plus, sur du matériel optique cette fois . N’auriez-vous pas mieux fait de prendre le tournant optique dès à présent, sans attendre, quitte à investir dans moins de zones ? Et si vous IMPOSIEZ la pose de gaines pour chaque route défoncée, chaque ouverture de chaussée ? Prévoir, anticiper, et ne pas faire, puis défaire, puis refaire, ça aussi ce serait une logique payante à très court terme. Et puis la fibre c’est aussi la possibilité d’avoir des débits symétriques : on peut à la fois recevoir des données, mais aussi les envoyer, contrairement à l’ADSL ou au VDSL qui se limitent fortement, cuivre oblige.

 

Monsieur Grosvalet, je réside en campagne et j’y suis bien, mais mon activité ne se développera pas si le très haut débit n’arrive pas. La fibre optique se déploie aussi en aérien et elle peut aussi impliquer les acteurs locaux : les entrepreneurs d’une commune, les agriculteurs, etc. C’est un investissement, mais c’est aussi du travail pour des tas d’entreprises, à une époque où ce travail devient rare. Impliquez les habitants, impliquez nos maires, nos président de communautés de communes, car eux aussi peuvent aider. Et arrêtez de ne voir que les grosses communes, arrêtez de ne voir que les grands groupes tels Orange, Free, SFR : voyez aussi les petits acteurs de la fibre, tel Wibox et son responsable, T. Gassilloud, car eux ont la fibre dans la peau, eux savent déployer en campagne ou dans des zones à faible concentration. Ce sont eux qui nous apporteront ce très haut débit, j’en suis convaincu, avant tous les dinosaures des télécoms !

Et puis, de grâce, innovez, laissez les portes ouvertes aux technologies et à ceux qui les maitrisent : personnellement, je maitrise les techniques pour déployer du très haut débit par radio jusqu’à 450 Mbps, mais encore faut-il que j’ai accès à cette fibre, qu’elle passe à proximité, et qu’elle ne me soit pas facturée à des tarifs insensés ! Encore faut-il que le responsable des châteaux d’eaux du 44 ne botte pas en touche avec de fausses excuses, qu’il soit impliqué dans cette aide au très haut débit, qu’il comprenne les enjeux !

Les liaisons à 1 Gbps existent par radio, on peut le faire facilement, on peut déporter un réseau sur plusieurs kilomètres, juste pour atteindre un lieu dit isolé par exemple, sans avoir à défoncer des tas de routes ! Osons cette technologie, osons impliquer les acteurs locaux, osons cette innovation que vous supportez pourtant à bout de bras dans la Loire Atlantique, osons surtout imaginer qu’on peut faire bien sans pour autant dépenser des fortunes ou lancer des travaux pharaoniques.

Monsieur Grosvalet, je vous souhaite de poursuivre sereinement le développement de notre département, je connais votre implication, j’ai vu la Loire Atlantique changer, progresser, et maintenant j’espère voir le Très Haut Débit arriver rapidement : impliquez-vous, aidez nos campagnes à sortir de l’âge du cuivre une fois pour toute !

philippe grosvalet

Be Sociable, Share!