Un article de PCInpact vient de me hérisser le poil , en parlant des possibles Femtocell Bouygues Telecom, je cite :

Bouygues Telecom de son côté n’y voit « pas d’intérêt particulier en 3G », mais pense que ce sera nécessaire
pour le LTE et la 4G où elle servira « d’outil d’amélioration » pour l’intérieur des bâtiments.

Pas d’intérêt en 3G mais ok en LTE et 4G (4G et LTE, c’est la même chose monsieur le rédacteur de l’article, et on parle de LA Long Term Evolution 😉 ) ? Il y a la une absurdité que je ne comprends pas !

Soit Bouygues n’a pas connaissance des gammes de fréquences en vigueur, soit PC Inpact devrait changer de journaliste car c’est lui qui ne maitrise pas ce domaine : la 3G fonctionne sur 2100 MHz (2.1 GHz si vous préférez) et la 4G/LTE sur 2600 MHz (2.6 GHz). Il s’agit donc de gammes de fréquences très proches, avec au milieu le célèbre WiFi 802.11bgn (2.4 – 2.4835 GHz). Le comportement des ondes est donc identique, leur pénétration à l’intérieur d’un bâtiment relativement facile à stopper par tout matériaux dense ou contenant de l’eau, bref, tout sauf « pénétrant », contrairement aux 700-800 MHz des autres gammes de fréquences LTE, non encore attribuées.

Ne pas voir d’intérêt donc pour de la 3G mais en voir en 4G ne tient donc pas vraiment la route, sauf si, ce qui pourrait sembler économiquement logique, Bouygues fait le choix d’investir dans une technologie durable (4G) et de faire l’impasse sur la 3G vieillissante. Là, et seulement là, oui c’est parfaitement compréhensible, techniquement parlant.

Maintenant, considérant la pitoyable couverture 3G de l’opérateur, peut-être aurait-il été sage d’intégrer d’office la 3G dans leur nouvelle box, et d’y prévoir une place pour un futur module 4G… N’oublions en outre pas que le renouvellement du parc de mobiles ne se fera pas en une année : nombreux seront encore les mobiles 3G sur les réseaux, les versions 4G ne sortiront pas avant plusieurs mois, et sans doute pas à des tarifs attractifs au départ.