Et voilà, après quelques calculs savants, après avoir appris que ma commune avait autorisé l’implantation d’un relai 3G Orange, après avoir constaté la faible couverture de Bouygues Telecom, la résiliation vient de partir au courrier du matin : Infracom va basculer chez Freemobile, en croisant les doigts pour que tout se passe correctement, que le numéro choisi soit bien le bon sur la carte SIM, et non pas un autre numéro comme cela s’est visiblement régulièrement produit chez d’autres nouveaux abonnés. C’est une économie de 30 € mensuels environ, une somme non négligeable après tout.

Oui, j’ai décidé de ne pas utiliser la portabilité pour un numéro qui n’est pas connu de mes clients, un numéro qui ne sert qu’à appeler et à disposer d’une connexion nomade ou de secours pour les ordinateurs de l’entreprise, une façon de couper net avec l’ancien opérateur aussi, mais également de ne pas risquer de soucis avec les serveurs de portabilité surchargés 😉

Verdict d’ici quelques jours si tout va bien, si Freemobile ne commet pas de bourde, si… si… si… Restons optimistes car la réussite de ce changement conditionnera la décision à venir : basculer chez Free en ADSL, profitant du dégroupage du NRA CRO-44 désormais activé dans les bases de données de l’opérateur trublion.

Là par contre, niveau adsl, je n’ai pas envie de laisser porter le numéro d’appel utilisé depuis toujours par les clients d’Infracom : il sera porté chez OVH d’ici mi-Février dans un premier temps et utilisé sur ligne Orange. Puis l’ancienne ligne, « vide de numéro », sera alors activée chez Free début Mars, là encore en espérant que le sévisse client habituel soit vraiment à la hauteur.