On ne pourra pas dire que St Niel, chevalier des télécoms, ne sait pas manier le marketing : il a réussi à faire écrire des tas de billets sur des tas de blogs, et cela avec une simple annonce, offrir de la 4G illimitée à ses clients adsl possédant un abonnement freemobile ! La rupture est là, les autres opérateurs vont devoir suivre, forcément.

SFR a d’ailleurs commencé avec une offre destinée à son pack SFR Familly haut de gamme : pschitt !! Loupé !! L’offre est trop restreinte, trop limitée, trop coûteuse, c’est une fausse réponse. Red de SFR a sacralisé son offre avec 100 Go : bien, mais il en manque. L’offre roaming 15 Go ? Ok, mais là encore il en manque, à croire que Red ne prend que des bouts de forfaits de l’offre Freemobile, sans oser la copier, de peur que l’opérateur bricolo ne sorte encore une nouvelle formule, toujours plus vitaminée. Bref, pour le moment rien ne bouge vraiment, Sosh, Bouygues, SFR sont au pied du mur, mis devant le fait accompli, et les clients attendent des réactions maintenant que la 4G est tombée de son Olympe !

Et Freemobile donc, faut-il souscrire sans hésiter ? Commencez par vérifier les relais les plus proches, sur http://www.antennesmobiles.fr/par exemple. Si vous connaissez un pigeon client de l’opérateur, c’est le moment de lui payer un café, voir si à votre domicile vous captez la 4G. Pour cela, dégagez vous au maximum, montez à l’étage, et vérifiez encore et encore. Si le signal est faible, prévoyez d’insérer votre carte Freemobile dans un routeur Huawei, et venez brancher une antenne panneau dessus, pointée vers le relai Freemobile le plus proche : ici, cela fonctionnait plutôt bien, mais à l’époque des essais nous n’avions qu’un pitoyable relai 3G, avec 7 Mbps maximum, c’est dire la qualité du réseau bricolé, en dessous de tout.

Oui, en dessous de tout, c’est hélas souvent ce qui revient sous le clavier des mécontents : manque de stabilité, manque de couverture, manque de débit, le tout associé à un sévisse clients du même acabit, c’est dire si on peut hésiter à basculer sur de telles installations. Le fanboy de base nous répondre que c’est sans engagement, qu’on peut donc partir sans avoir de comptes à rendre, et c’est une chance : Freemobile construit son réseau, donc parfois rien ne fonctionne comme on pourrait l’espérer, parfois on a l’impression que la prise ethernet n’a pas été branchée sur le relai, ou qu’il est relié au monde extérieur avec un modem usb. C’est hélas un peu normal, il faut laisser le temps au déploiement, en contrepartie d’avoir un forfait illimité.
Le mieux reste donc de trouver un utilisateur, de tester avec lui, mais attention : ne faites pas un speedtest, nous expliquerons plus tard pourquoi éviter ce service… non, mettez le smartphone en mode modem, branchez son adaptateur secteur, et connectez-vous en WiFi.

Allez alors charger une image ISO d’Ubuntu, par exemple http://ubuntu.mirrors.ovh.net/ubuntu-releases/16.10/ et choisissez l’image de 1 Go : observez alors le débit de ce chargement depuis internet, via Freemobile, jusque sur votre ordinateur. Ce débit là vous donnera une idée réelle sur les capacités de votre relai local, bien plus qu’un Speedtest qui aura été par avance repéré et configuré pour fonctionner à plein débit…

Là, et seulement là vous aurez tous les éléments en main pour vous faire une opinion : faut-il céder sans conditions à l’offre illimitée ou dois-je m’attendre à quelques souffrances numériques 🙂

Be Sociable, Share!