Et c’est reparti pour l’effet marketing, spécialité de Freemobile, le bricolo des télécoms mobiles. St Niel promet une nouvelle annonce le 14 Mars, bien, super, sympa, mais annonce de quoi ?

Si l’opérateur cherche une fois encore à créer une véritable rupture, il a plusieurs options, certaines faciles, certaines un peu plus complexes :

  • un nouveau forfait, intermédiaire, avec moins de data par exemple, mais c’est peu probable, Niel avait clairement indiqué ne rien comprendre aux offres trop complexes des concurrents, voulant se limiter à 2 forfaits simples.
  • baisser le prix du forfait à 20 € ? Pourquoi pas, mais ce sont autant de revenus en moins alors qu’il a toujours besoin de développer son faible réseau, d’améliorer ses débits, de façon à se séparer une bonne fois pour toute de ce roaming Orange qui handicape ses pigeons clients.
  • basculer sur de l’illimité totale, sans restrictions, sur mobile ou via une Freebox 4G fixe ? Pourquoi pas, mais le réseau est-il vraiment taillé pour ? Nos quelques tentatives en Loire Atlantique montrent que la 3G est minable, et que la 4G a du mal à atteindre les débits escomptés, mais ce serait pourtant une idée atteignable, pour contrer l’offre 4GBox de Bouygues Télécom, et la future offre fortement limitée d’Orange. Cela reste en tout cas l’annonce la plus probable, celle qui attirerait le plus de nouveaux clients d’un seul coup.
  • ajouter des services non décomptés du forfait ? La TV Free depuis la connexion 4G par exemple ? Des vidéos à la demande intégrées au forfait ? C’est une solution simple, à condition de ne rien décompter des 50 Go du forfait, sans cela tout va exploser rapidement. Et là encore, il faudra dimensionner le réseau en conséquence.

Quoiqu’il en soit, force est de constater que l’opérateur bricolo monte ses antennes à grande vitesse, comme en témoigne cette carte (source Antennesmobiles) pour les créations depuis le 1er Février 2017 :

Petit bémol toutefois, s’il y a 298 nouvelles antennes, seules 7 ont été activées sur la même période :

Nous avons pu constater qu’il peut s’écouler de très longs mois avant la mise en service effective de certains sites, comme ce fût le cas proche d’ici, à St Joachim (44). Constatons également que les « anciens sites », ouverts en 2500 MHz, n’ont pour la plupart pas été mis à niveau en 1800 MHz, alors que toutes les nouvelles ouvertures intègrent d’office du 1800 MHz, à quelques exceptions près. Rester en 2500 MHz, c’est renoncer à une zone de couverture plus importante, à une meilleure pénétration dans les bâtiments.

Quant au 700 MHz, souvent annoncé à corps et à cris par les blogs de St Niel, Universfreebox en tête, souvenons-nous qu’ils n’ouvrent pour le moment que sur une infime partie du territoire français, au rythme du calendrier des autorisations dressé par l’ARCEP :

Pas d’invasion donc du 700 MHz, sauf sur les quelques zones en blanc sur la carte. Il faudra attendre Janvier 2018 pour voir la Corse et un bout du sud-est équipés, Avril 2018 pour le sud-ouest, et seulement Avril 2019 pour l’ouest et le grand centre du pays. La carte d’Antennesmobiles en 700 MHz est claire :

824 antennes seulement, et dans deux zones uniquement, DEUX ZONES. Pas d’affolement donc, le 700 MHz partout, ce n’est pas pour tout de suite, ce n’est du coup pas un argument qui influencera la couverture de l’opérateur, ne vous y trompez pas, ne vous faites pas avoir par les pseudo statistiques des fanboys.

Allez, un peu moins d’une semaine maintenant et nous serons fixés sur les intentions mobiles de St Niel, sur cette annonce tellement fracassante que nous n’en reviendrons pas 🙂

 

Be Sociable, Share!