Fan des nouveautés, je suis le premier à suivre les conférences des principaux acteurs technologiques du marché, dont Apple et Google.

Chez Apple, tout est cadré, verrouillé, prévu, anticipé. Les intervenants sont dopés à l’enthousiasme américain : tout est amaaaaaaaazinggreat et tout est forcément nouveau. « Ceci est une révolution », cette petite phrase régulièrement moquée n’en prend que tout son sens tellement rien n’est désormais plus révolutionnaire, juste évolutif.

Chez Google, lors de la fameuse I/O, THE conférence qui réunit les développeurs du monde entier, on fait un peu plus simple, un peu plus dans la modestie. On fait appel à des valeurs, à des sentiments : l’unité, l’amour, partager cette technologie avec les plus démunis, réunir sa famille, ses amis, etc. Les évolutions sont annoncées par les différents intervenants sans non plus hypnotiser les fanboys pourtant nombreux. On vous évoque la simplification de votre vie, des fonctionnalités qui ne pouvaient jusqu’à présent exister et qui vont tout changer, pour peu bien entendu que vous cassiez votre tirelire pour le super appareil pas encore sur le marché, vous savez, celui qui lira vos empreintes digitales, reconnaitre votre voix, se connectera en WiFi super méga rapide, et disposera d’une caméra tellement haute résolution que votre oeil n’y verra aucune différence 🙂

J’ai donc pu assister hier soir à la Google I/O, confortablement diffusée sur Youtube en HD, castée sur mon téléviseur, puis sur ma tablette pour ne rien louper. Oui, il y a des nouveautés, oui ça évolue, pas forcément dans le bon sens puisqu’Android pourra désormais analyser par exemple mes échanges sur Hangout pour aider à répondre : où iront ces données, le contenu de mes échanges ? Qui pourrait les lire (coucou la NSA !!) sans m’en parler ?

Ce monde connecté me plait, d’un clic, d’une tape, je vais pouvoir contrôler ma maison à distance (je le fais déjà une version très évolue du Raspi Domo…), répondre à mes messages depuis ma montre (bof bof…), payer en ligne avec mon doigt, bref, on me simplifie tout, s’axant sur mon bonheur de vivre cette époque formidablement technologique. Mais connecté signifie partager des données, et j’aurais aimé avoir des garanties sur ce recueil d’informations, ne pas voir les données de mon empreinte filer n’importe où, car c’est ce qu’il risque de se passer avec l’arrivée de la biométrie dans notre vie.

En conclusion, je reste convaincu par les développements de Google, d’Android, un univers qui « semble » moins fermé que le ghetto de la Pomme, trop enclin à contrôler, surveiller, gérer, soit disant pour une expérience optimale, qu’ils disent 🙂 J’ai donc hâte de pouvoir tester Android M, en fin d’année à priori, et de découvrir les incroyables fonctionnalités qui s’y ajouteront sans doute encore, qui sait…

google io

Be Sociable, Share!