Lors de la récente Google I/O, le lancement de Google Photos n’est pas passé inaperçu : il entre en collision frontale avec le service proposé par la Pomme et son iCloud, facturé lui au prix fort si vous avez besoin d’un large volume de données.

Google Photo lui est gratuit, pour peu que vous ne dépassiez pas une résolution de 16 Mpixel, largement suffisante pour un album de famille à priori. Au delà, il vous faudra payer, mais là encore, moins cher que chez la Pomme qui vous prend pour des Poires, pour citer les Guignols de l’info 😉 La concurrence promet donc d’être sévère entre les deux géants, chacun offrant le meilleur service, le plus amaaaaaaazing pour reprendre le vocabulaire à la Tim Cook.

Seulement voilà, Google Photo semble être tellement simple, tellement ergonomique (n’exagérons rien…) qu’il en devient quasiment indispensable : clic-clac depuis le smartphone, clic-clac avec la tablette, et voici les photos qui s’affichent sur l’écran de votre ordinateur, une fois synchronisées.
On peut même aller plus loin et utiliser les fonctionnalités de recherche avancées : je veux trouver un chien ? ça marche ! Voir les photos à moto ? Pas de soucis ! Ca en devient tellement simple avec cet algorithme d’analyse mis au point par Google que les théoriciens du complot s’engouffrent dans la brèche sans sourciller : qu’analyse donc Google ? A quoi s’en sert-il ? Qui aura accès à mes photos ? Quel secret puis-je espérer ? Va-t-il utiliser les données de géolocalisation pour cibler des pubs ?

Ah oui, là, forcément, si on ne réfléchit pas au delà de son bouton d’acné, effectivement on prend peur à tous les coins de rue… Personnellement, jamais je n’irai glisser une photo des poils de ma b… en ligne, oui, mauvais esprit de lecteur, une photo des poils de ma belette, enfin, à quoi pensais-tu encore ?!
Si le secret est l’objectif, alors le cloud tu n’utiliseras jamais, tout sur clé usb tu mettras. Mais un cliché de l’océan le soir, le p’tit dernier en train de sauter en hurlant comme un neuneu avec sa soeur prépubère boudinée sur un trampoline hors d’âge (souvenirs de voisins lol), euh… est-ce vraiment un soucis si Google avait envie d’en tirer des statistiques ?!

Et si Google analysait les positions GPS ? Et alors ? Je n’irai pas stocker des secrets d’Etat là dedans, mes photos sont prises dans des endroits publiques en général, j’assume y avoir été, et si en contrepartie de la gratuité Google venait cibler un peu plus les offres commerciales qui le font vivre, eh bien ce serait le jeu, le prix à payer pour avoir un service gratuit et permettre à Google de se rémunérer s’il le peut, car les serveurs de stockage ne naissent pas de l’humidité de l’air ou dans l’eau, non non, oh lecteur innocent 🙂 Et si vraiment il faut de la discrétion, alors coupons internet, blindons nos murs, posons des verrous et imprimons nos photos !

google io

 

Be Sociable, Share!