Je hurle quand je vois les articles de gens que je ne peux décemment pas appeler journalistes mais plutôt journaleux, c’est à dire cette catégorie de scribouillards qui choisissent un camp en écrivant un article, sans argumenter, sans apporter de preuve et de contre-preuve comme un journaliste de métier et de qualité serait logiquement tenu de le faire.

Ce matin, un article sur le site de La Depeche, un de plus à charge du Wimax, avec ces mots :

« Pour en savoir plus sur cette technologie obsolète et nocive pour la santé (…) »

Tout est dit !! L’article invite à une réunion, action louable car tout débat citoyen et républicain me semble essentiel, mais il accable d’office le Wimax. Que va ainsi penser Mme Michu, lectrice de ce t… euh, « journal », Mme Michu qui n’a pas les connaissances techniques pour analyser et qui fait aveuglément confiance à ce qu’elle lit ?! Désolé, mais cela m’interroge, me pose un cas de conscience en lisant ce type de prose car ce n’est pas ainsi qu’on informe, tout au plus arrive-t-on à désinformer, voir à jouer le jeu d’un camp ou d’un autre : ce n’est pas de la presse, c’est du torchon  🙁