Un p’tit coup de gueule ce matin : il y a des jours où je ne comprends pas le système français d’organisation des grosses entreprises. En effet, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué après tout ?

Vous voulez commander ? Commencez par cerner les besoin du bureau d’étude : là, des techniciens très compétents vous appellent, se renseignent sur le produit, et reçoivent en retour un devis complet, avec date limite, mention des modalités de règlement. Et là, c’est le drame, tout se complique lorsque ce technicien transmet ce bout de papier à son service achats 🙂

Ce service, disposant d’un devis avec toutes les mentions utiles pour le valider et le régler, va vous appeler, demandant s’il peut vous faxer la commande… Euh oui, mais quel intérêt puisque, visiblement, le devis est accepté ? N’est-ce pas plus simple de virer le total en indiquant son numéro ou de sortie une carte bancaire ? Faut-il absolument aller vers le fax du service et passer du temps à confirmer ? A moins peut-être que le fax soit sur le trajet de la machine à café, lieu indispensable de sociabilisation dans les grands groupes, je vous l’accorde 😉

Passée la surprise d’une procédure aussi simple et banale, le service achat va donc vous faxer la commande, ne changeons pas ce qui fonctionne après tout, puis confier le dossier au… service comptable, seul habilité à vous verser les 50 € du devis.

Là, sans doute histoire de justifier d’une existence, vous aurez un nouvel appel, demandant un RIB pour payer à 30 ou 60 jours, voir s’il est possible d’utiliser une LCR. A noter que le RIB figure déjà sur le devis et que, si le service avait bien fait son boulot, il l’aurait sans doute remarqué… Surprise bien entendu, la commande mentionne un règlement différé, là où votre devis mentionnait un règlement à la commande.

Vous allez donc expliquer clairement que pour 50 €, il est plus rapide, plus simple, et plus rentable de ne pas payer à 30 jours vue la faible somme mise en oeuvre, et que sans ce règlement, la commande ne sera pas validée, le stock pas bloqué ! Le rôle d’une entreprise n’est en effet pas de jouer au banquier mais d’acheter et de revendre : tout délai dans la revente immobilise du stock, et donc de l’argent dormant. Avez-vous déjà fait vos courses dans une grande surface en demandant à payer plus tard ? Rarement… en général on dépense l’argent que le compte possède, ou alors on demande un découvert à sa banque, voir un prêt.

Mais pour payer comptant, il faut l’accord du superieur, hélas en vacances pour l’instant, et une double signature. Le virement tant attendu se fera alors sous 10 à 15 jours, le temps de remplir tous les papiers nécessaires. Ah oui, la grande entreprise n’a pas d’accès banque en ligne et la saisie à la volée d’un compte destinataire, non, ça, elle ne sait pas encore faire, c’est uniquement réservé au top-leader-dirigeant, mais pas au service qui doit payer, comprenez l’ironie de la situation.

Nous voici donc dans un système totalement dingue où les grosses entreprises du pays ne fonctionneront plus qu’avec des règlements différés, s’accordant à reproduire le même schéma avec leurs fournisseurs et leurs clients. Du coup, tout est différé, partout, plus personne ne sait valider une commande en deux clics sans devoir faire intervenir trois services, passer trois ou quatre appels, valider par fax, et générer emails et papier pour rien.

Au final, le brave technicien qui avait besoin de façon urgente de ses pièces ne les recevra pas avant une quinzaine de jour, à cause de l’immobilisme de deux services, achat et comptable. A la commande suivante, il fera une note de frais en utilisant sa carte bancaire personnelle et recevra le matériel en 48h, comme n’importe quel client ordinaire.

Ainsi va la France, compétitive à souhait, performante, souple, capable d’adaptation… non je plaisante, elle est loin d’être ainsi, très loin, ancrée dans les années 60 et des formalités procéduriales sans nom, un vrai enfer pour qui s’y frotte un jour 🙁

Personnellement, au 21ème siècle, je ne commande que par virement à la commande, par carte bancaire à paiement différé : c’est simple, rapide, et en quelques clics l’argent transite d’un compte à un autre, sans formalités inutiles, sans conditions de règlement, sans ouverture de compte ou je ne sais quelle autre délice franco-français évitant de trop travailler. Le matériel arrive ainsi en moins d’une semaine, pour le plus grand bonheur du client final qui n’a pas su prévoir ce coup ci et avait des besoins plus qu’urgents.

 

Be Sociable, Share!