On l’oublie trop souvent tellement c’est devenu une habitude, une routine : recevoir son courrier ! Et pourtant, La Poste est présente partout, pratiquement tous les jours de l’année, avec des visages différents, d’innombrables fonctionnaires destinés à assurer le service du courrier.

Je ne vais pas ici refaire l’histoire du service public postal, mais plutôt évoquer La Poste et Infracom. Après tout, travailler en ligne, expédier et recevoir du matériel, cela passe très souvent par le service postal, même si de nombreux concurrents se sont implantés sur le marché des entreprises depuis l’ouverture à la concurrence.

Chez Infracom, La Poste a deux visages :

  • en voiture en fin de matinée pour la réception des courriers et des colis
  • le guichet professionnel pour les expéditions

En voiture, c’est Mireille qui est titulaire de la tournée, distribuant les lettres, colis, mais également, une fois par semaine, pas loin de 2 kg de publicités par boite aux lettres. Imaginez l’exercice que cela peut faire avec pas loin de 500 clients si ma mémoire est bonne… Ce passage, c’est aussi un lien humain dans un milieu rural comme Crossac, un lien pour ceux qui ne voient personne d’autre, un lien qui permet de faire une pause souriante de temps en temps, un lien que notre factrice contribue à maintenir, rendant service ici ou là, délivrant quelques mots d’humours, récupérant les courriers directement chez les clients, et surtout, appréciant régulièrement quelques desserts ou spécialités salées maison, une façon sympa et agréable de reprendre un peu de forces avant de terminer une longue tournée commencée fort tôt au tri du courrier.

Au guichet pro, c’est Monique le matin, Sophie l’après-midi. Là, vous allez pouvoir déposer les colis, commander des fournitures postales, demander un conseil, un service, et prendre quelques minutes pour échanger, sourire, plaisanter, parfois régler un problème d’acheminement. Du bureau, il faut compter 25 km A/R, ruralité oblige : la distance serait immense pour qui habiterait en ville, mais pas ici, elle est juste naturelle et indispensable, pas le choix en fait. On ne peut avoir la qualité de vie, la campagne, et tous les services à proximité après tout 🙂

Oui, vous l’aurez compris, ici La Poste a un visage, enfin des visages surtout, toujours souriants, toujours prêts à aider, à rendre service, jamais bloqués derrière les lourdeurs d’une administration centenaire, jamais. Le lien est présent, maintenu, réel.

Que ces factrices sachent ici toute l’importance que nous pouvons leur accorder, qu’elles soient remerciées pour leur efficacité, leur disponibilité et leur gentillesse.

Oui, vivre en ruralité n’est pas une fatalité, c’est un choix, un choix de plaisir, de qualité de vie, un choix où la technologie peut tout à faire se marier avec l’humain, un choix où les acteurs du lien social ont également toute leur place.

La prochaine fois que vous croiserez votre facteur ou votre factrice, pensez à sourire, à proposer un p’tit grignotage, un verre bien frais en été ou un café bien chaud en hiver : ne les regardez pas comme un service naturel et évident, mais comme ces acteurs d’un lien qui ne faudra jamais détruire.

Merci Mesdames et Messieurs, chapeau bas, et surtout, ne changez jamais !

Be Sociable, Share!