Je note souvent une certaine méconnaissance de l’aspect radio du WiFi. Prenez l’exemple de la couverture d’une zone depuis un sommet.

Sur de courtes distances, moins de 5 km en général, vous allez pouvoir placer des sectorielles sur le site central. A distance, 5 km plus loin, vous vous y relierez avec des clients WiFi disposant d’une antenne à fort gain, des AirGrid par exemple. Pourquoi ne pas prendre plus simple me direz-vous ? Eh bien, l’idée est avant tout d’avoir un débit maximum, ce qui passe par une liaison radio FORTE, avec un MAXIMUM de signal. De ce fait, on va utiliser le maximum de gain et une antenne à forte directivité pour se pointer efficacement et correctement vers le site central : pas question de laisser s’échapper nos ondes n’importe où, nous allons les concentrer vers le site central.

airgrid2

AirGrid

Si nous avions une distance bien plus importante, nous aurions du mal à conserver nos sectorielles sur le site central : trop d’ondes seraient émises dans trop de directions différentes, ce ne serait pas efficace. Il faudrait alors basculer sur des bridges dédiés, de A vers B et, une fois arrivé sur le site B, penser à couvrir localement en WiFi.

Vous l’avez donc compris, le choix des antennes sera déterminé par la distance et le type de couverture : il ne suffit pas de poser une antenne pour avoir le débit maximum annoncé par le constructeur, il faut aussi que l’aspect radio soit pris en considération du départ. Sans liaison radio forte, point de débit, surtout sur une grande distance.

 

Be Sociable, Share!