Un pas de côté par rapport au thème habituel de ce blog : je m’interrogeais sur le non respect de nous, LE PEUPLE, ce peuple qui conteste des décisions prises en huis-clos par nos « politocards » dans leurs palais dorés, sans concertation, sans écoute, passant en force dans l’Assemblée, NOTRE Assemblée, celle où siègent NOS représentants, ces gens favorisés que nous avons élus, faisant l’effort de lire ou d’écouter leurs programmes, puis de nous déplacer dans les urnes pour donner NOTRE voix au fonctionnement de la France.

Or, actuellement, pas une journée ne passe sans manifestation, pas une journée ne passe sans dégâts occasionnés par une minorité de débiles. Seul soucis, nos journaleux habituels, BFM TV en tête, ne se concentrent que sur l’image, ces voitures qui brûlent, ces forces de l’ordre qui reçoivent tout ce qui passe sous la main des sus-mentionnés débiles, mais le vrai message est ignoré, le vrai débat étouffé par l’image, le sensationnel.

Moi, peuple, j’attendais mieux de nos politocards, j’attendais un respect du mandat qui leur a été confié par mes concitoyens, j’attendais aussi une certaine liberté de réflexion, la capacité de dire non quand il le faut, et non pas de rester le doigt sur la couture du pantalon, aux ordres du parti qui les a mis en avant lors des élections : je ne vous ai pas demandé de vous transformer en bêtes moutons incapables de raisonner, mais d’agir en tant que représentant de nos intérêts, et pas seulement comme mandataire de votre carrière, celle qui vous empêche d’agir pour ne pas déplaire, pour ne pas vous faire éjecter de votre parti pour désobéissance flagrante !

Tant que ce système verrouillé n’évoluera pas, nous, le peuple, ne serons pas écoutés et la violence dans la rue augmentera. Et cela, le Mouzident dans son Palais ne semble plus être en capacité de l’entendre, hélas, trois fois hélas. J’ai peur du pire, d’un Mai 68 renouvelé et amplifié, d’une désobéissance générale qui bloquera le pays puisque les pierres brutes , ces petits cailloux qui constituent sa base ne sont plus considérés. Et quand on n’est pas écoutés en parlant normalement, le ton monte, encore, toujours plus, et la fin n’est jamais glorieuse, pour personne…

Notre démocratie arrive à son terme, le « pouvoir du peuple » a vécu, il faut maintenant s’axer vers une Anthropocratie, le pouvoir de l’Homme, son respect, son écoute surtout : ce que la majorité voudra, les politocards élus exécuteront, et pas plus, respectant pour une fois le mandat accordé par nous, petits cailloux. Adieu la toute puissance des groupes internationaux, retournons à nos valeurs, à notre bon sens, jouons avec la force que nous accorde notre multitude : seul je ne peux rien, ensemble nous pouvons tout, une maxime qui pourrait faire force un jour, et que certains partis fachos à forte odeur de merde brune ont bien compris.

Gémissons… mais espérons, l’avenir ne sera pas pire, c’est une certitude.

Be Sociable, Share!