Durant le WE, c’est l’état du réseau téléphonique qui m’a soudain exaspéré et généré un tweet en direction de Philippe Grosvalet, Président du Conseil Départemental 44. Mettons par contre du départ certaines choses au point :

  • j’apprécie les actions faites par cet homme sur le plan du développement de la Loire Atlantique : les bus Lila, les interconnexions TER/bus/tram/tram-train, l’implication sociale et humaine du département, etc.
  • je ne milite pour personne, je ne suis pas un anti untel ou un pour unetelle : ne voyez pas dans mes propos d’action politique.

Le tweet donc, et la réponse de Philippe Grosvalet, ou de son chargé de communication peut-être :

grosvalet 44

Oui hélas, je reconnais que mes méthodes datent, et elles datent faute d’avoir un réseau digne de ce nom dans ce département que j’habite depuis désormais plus de 20 années, mais votre tweet pourrait laisser penser à un certain mépris de la souveraineté du peuple, une notion qui m’est pourtant assez chère.

J’ai commencé sur St Nazaire avec du Numéris de France Telecom, puis sur Pontchâteau vers 2001 avec toujours du Numéris, avant de faire une pétition auprès du député-maire de l’époque, M. Clouet, pour qu’il agisse auprès de France Telecom et ouvre le réseau ADSL avec bien une année d’avance. Merci qui ? Peu importe, si M. Clouet a su tirer la couverture à lui et se féliciter auprès de ses électeurs d’avoir anticipé l’arrivée de l’ADSL, le résultat était là, nous avions un réseau ADSL, enfin !

Plus récemment, installé sur Crossac, c’est avec bonheur que j’ai pu tirer profit d’un débit supérieur, 7 Mbps en moyenne et un flux TV qui transitait par la ligne téléphonique. Ah oui, j’oubliais, un abonnement téléphonique pro avant cela, m’ayant permis, après plus de 15 interventions d’Orange, de faire enfin changer la ligne de transport ADSL : vieille, points de concentration oxydés ou inondés, nous étions loin des conditions de rêve d’une installation ADSL au Building de St Nazaire, cher M. Grosvalet. C’est sans soutien des élus qu’il a fallu se battre, être patient, prouver et re-prouver à Orange la nécessité de bouger. Oui, on se sent seul, croyez moi !

Depuis à peu près trois années, je vois des départements que j’avais considérés comme le « trou du c… du monde » se développer en fibre, et pas seulement dans les grandes agglomérations : l’Ain, la Lozère par exemple, mais aussi l’Alsace, et plus proche de nous la Bretagne qui a pris elle un tournant numérique conséquent.
Et nous ? J’allais dire qu’ici « Pépère » attend patiemment que quelqu’un se saisisse du marché, créant une régie haut débit, mais avec des lenteurs difficiles à comprendre pour le citoyen lambda, vous savez, celui qui vote pour vous, celui qui croit en vous aussi, et en dépit de ce qu’il écrit, celui qui vous apprécie sincèrement pourtant sur nombre d’autres dossiers.

Alors oui, cher Philippe Grosvalet, j’aurais moi aussi aimé basculer mon entreprise du téléphone des années 50 dont vous vous moquez vers une fibre très haut débit, voir des solutions innovantes arriver : le dernier kilomètre en hertzien, un déploiement via les poteaux ERDF, faciliter aux petits opérateurs les accès aux châteaux d’eau, tirer des fibres via les réseaux d’eau déjà en place (oui oui, ça existe, et non non, ça ne pollue pas !!), etc. Oui il y a ceux qui, pépères, vont confier un marché à un gros opérateur, et ceux qui vous imposer des solutions différentes. Tenez, en Bretagne, un déploiement de fibre le long des pylônes THT si j’ai bonne mémoire et des tas de petits villages qui s’ouvrent du coup au très haut débit, bien plus rapidement qu’ici en Loire Atlantique.

Donc oui, pardonnez moi très cher Philippe Grosvalet si j’ai un peu une dent sur votre action numérique attentiste, car c’est l’impression que cela donne avec des années de retard. Vous avez pris le coche de plein de choses, vous avez fait évoluer le 44 dans un sens très positif, mais sur le côté réseau, dépenser nos Euros pour des NRA MED qui ne vont pas vieillir avec leurs lignes cuivrées, c’est stupide, pardon de le dire ainsi, stupide car il fallait prendre très rapidement le virage fibre optique et vous l’avez loupé. La fibre arrive au Building de St Nazaire prochainement, vous pourrez ainsi constater la différence entre le cuivre des 50s et cette fibre qui saura évoluer dans le temps, pérenne.

Ah, et pour terminer, ce téléphone des années 50 de mon entreprise, celui là même dont vous vous moquez, sachez que le superbe réseau cuivre des années 50 est désormais en panne depuis plus d’un mois sur l’un des accès, difficile à faire réparer auprès de Free, je galère, je rame, seul, toujours seul pour affronter des opérateurs incompétents. J’habite et travaille en campagne par choix, par qualité de vie, par envie, et j’ai toujours du mal à comprendre l’état pitoyable du réseau téléphonique.

J’invite maintenant tous les lecteurs qui le souhaitent à publier sur Facebook ou Twitter avec le hastag #THD44 et à votre intention () les photos de leur réseau cuivre en Loire Atlantique : poteau renversé, ligne décrochée ou fixée par des bouts de ficelle, raccords, dominos, points de connexion défectueux, etc.
Peut-être alors aurons-nous un aperçu de la situation, peut-être alors comprendrons nous l’urgence de fibrer vite et bien.

Capture d’écran 2016-06-14 à 08.16.49

Raccordement bout de ficelle
Val du Don, Guémené Penfao

 

Be Sociable, Share!