Approfondissons la découverte de la Nanostation 2 avec quelques photos.

Commençons par une vue d’ensemble montant le module et son cordon ethernet (gris) relié au POE chargé de l’alimenter et au réseau local (cordon ethernet bleu).

Le cordon de liaison est un CAT5, vous pouvez donc raisonnablement espérer une longueur maxi de 50 à 100 m, sachant que plus long il sera, plus il y aura d’atténuation dans la tension d’alimentation : restez par conséquent raisonnable dans votre choix…

Voici une vue rapprochée (et floue 🙂 ) du POE livré avec la Nanostation 2. De gauche à droite, vous remarquerez son alimentation (DC), la liaison entre le POE et la Nanostation 2 (POE) et la connexion avec votre réseau, votre ordinateur, votre box (LAN).

Vous découvrez ici le détail des connecteurs de la Nanostation 2 :

  • une prise ethernet, la liaison avec le POE
  • un connecteur RP SMA femelle (et non SMA femelle comme souvent indiqué par erreur chez certains de nos confrères…) destiné à ajouter une antenne externe.

Un capot se place par dessus ces connecteurs et étanchéifie l’ensemble.

Pour finir, voici l’indicateur de niveau de signal, constitué par les quatre LEDs les plus à droite, suivies par l’indicateur de connexion LAN, puis un témoin de mise sous tension (PWR).

L’indicateur de signal permet, une fois la Nanostation 2 associée à un réseau, d’effectuer le meilleur pointage possible. Il est possible de règler les seuils de déclenchement des différentes LEDs par configuration sur l’interface Web de la Nanostation 2, et ainsi de déterminer la sensibilité de ce système.

Remarquez également les deux pièces destinées à se plaquer contre votre mât de fixation, un collier de serrage assurant la stabilité finale du module.

Be Sociable, Share!