Source : ZDNET UK

Graham Cove, le directeur du fournisseur d’accès sans fil The Cloud, a été condamné par la justice à payer 8000 £ après qu’un point d’accès de son réseau WiFi installé dans un pub ait été utilisé pour télécharger du contenu protégé par copyright.

Graham Cove n’a pas souhaité révéler l’identité du pub concerné, mais il pense que cette affaire est une première au Royaume Uni, la loi entourant l’usage des réseaux WiFi ouverts étant peu claire là bas.

Selon une professeur de droit, cette affaire tombe sous la loi de la Digital Economy Bill, permettant de couper le service internet du coupable. Toutefois, celui-ci étant reconnu comme fournisseur d’accès, cela ne devrait pas être le cas, seul l’abonné étant alors concerné.

Ceci laisse hélas présager ce qui attend bon nombre de fournisseurs d’accès avec la loi Hadopi 2. Rappelons toutefois quelques mesures simples :

  • Wifipak, notre gestionnaire d’accès universel, est tout à fait capable de ne laisser passer QUE certains protocoles, c’est à dire ceux indispensables à un usage nomade, cas d’un hotspot : emails, http, https, MSN par exemple. L’utilisation de tickets de connexion à durée limitée permet en outre de limiter les connexions non souhaitées.
  • Weblogpack est lui notre module d’enregistrement, conservant les données de connexion sur une durée de 1 à 2 ans, compressant ces données jour après jour de façon à économiser un maximum de place sur le disque dur.

Toutes ces mesures sont hélas devenues indispensables par la loi Big Brother Albanel-Mitterrand Hadopi 2, mais chacun sait qu’un pirate bien organisé utilisateur averti saura comment les contourner, avec par exemple un VPN ressortant dans un pays ne dénonçant pas les connexions et les utilisateurs…

Be Sociable, Share!