Je suis sans doute parano, mais on dirait bien que la surveillance se généralise, et désormais s’effectue ouvertement.

Dernière annonce en date, la surveillance du créateur d’Ovh, Octave Klaba, par les renseignements britanniques. Est-il dangereux, va-t-il commettre un attentat ou s’en prendre aux intérêts anglais ? Certainement pas, il s’occupe juste de l’un des plus gros hébergeurs du monde, et cela suffit à le rendre suspect. Gageons que les services en question adoreraient avoir ses codes d’accès, pouvoir prendre la main sur l’infrastructure d’Ovh et ainsi surveiller discrètement d’autres cibles.

Un peu avant, le Petit Cazeneuve du Peuple, notre bon dictateur en puissance, avait décidé de placer sous surveillance nos activités internet, sans forcément un maximum de contrôle judiciaire derrière : j’écoute qui je veux, quand je veux, comme je veux, et, de préférence, je vous emmerde, on ne peut pas le dire autrement à un tel niveau ! Avant encore, Nabotléon 1er, mini-empereur excité à talonnettes, aussi connu sous le dénominatif de Sarko 1er, avait mis les hotspots WiFi sous surveillance : tout enregistrer, sans conditions, durant un année !! Waouh, le nain avait fait le premier pas, mais un petit pas comparativement à ce qui s’annonce pour les années à venir.

Mais de quoi avons-nous donc peur ? Pensez-vous vraiment que les secrets continuent de transiter sur un internet pompé à fond par la NSA et ses sbires ? Vous rigolez ?! Je doute que les plans des prochains Airbus soient sur Google Drive, comme je doute que les prochains projets d’attentats soient diffusés en clair sur un forum, avec plans sous LibreOffice, prise de RV pour les explosions en séquence sur Google Agenda, et une transmission en direct sur Facebook Live ! Non sérieusement, vous y croyez encore à tout ça ?

Et que dire du projet de notre Petit Cazeneuve du Peuple de vouloir ficher tous les citoyons français dans un immense-méga-système infalsifiable… infalsifiable, oui, bien entendu, comme tout ce qui se fait en ligne, hein mini-Dictateur ? L’Histoire nous a montré régulièrement à quel point tout ce qui est infalsifiable aura été pénétré par qui le voudra, de préférence des Etats amis et bien intentionnés, souvent via des portes dérobées. Perso, peu m’importe que les USA ou la Chine découvrent ma taille, mon poids, la couleur de mes yeux, ma bouille, je n’ai rien à cacher et de toute façon cela figure déjà sur mon passeport biométrique. Ce qui m’ennuie du coup c’est l’argent dépensé, une dépense d’un tel volume pour des informations somme toutes banales qu’on arrive à s’interroger sur la finalité de tout ceci : quel intérêt de dupliquer ce qu’on peut déjà trouver ? Tu veux savoir qui je suis ? Ben tu traces mon IP et tu demandes à la Gendarmerie de venir, l’info tu l’auras, ça n’a rien de secret après tout, et je ne pense pas contrevenir à la sécurité de notre bonne vieille République Populaire de France ou à la stabilité des USA en parlant de la NSA ou en écrivant ce banal billet.

Non, messieurs les censeurs des réseaux, je ne rêve qu’à une seule explosion, qu’à un seul attentat : à la rigueur un ballon gonflé par mes soins, voir même, horreur ultime, une brique de lait vide faire « pop » dans le feu de ma cheminée, waouh… terroriste que je suis !!  Vous noterez que j’ai utilisé tous les mots clés pour que ce billet soit lu en haut lieu : explosion, France, terroriste, attentat. Logiquement, ça va sonner au « Sinistère de l’Inférieur », je fais déjà chauffer le café pour le débarquement du GIGN et m’apprête à répondre de mes fautes d’orthographe  🙂

Au final, tout ceci m’amuse et me fait en même temps peur : au lieu de tous se surveiller, ne pourrions nous pas tisser des liens, resserrer nos liens existants, améliorer notre culture, mieux connaitre l’autre ? La confiance, n’est-ce pas possible entre les Etats ? Faut-il donc toujours douter de tout le monde, tout en conservant un sourire béat lors des rencontres internationales ? Est-ce de ce monde là que nous voulons, un monde de paranoïaques qui n’ont de cesse d’espionner leurs voisins ? Moi je n’en veux pas, j’ai envie de pouvoir dire merde à une politique américaine sans pour autant être considéré comme un terroriste ou un opposant à ce délicieux pays des libertés individuelles, je veux pouvoir dire merde à Cazeneuve et ses manoeuvres opaques sans qu’on pense que je vais franchir les limites de la loi : c’est aussi cela la démocratie, ne pas être d’accord, douter, ne pas tout accepter, et surtout pouvoir virer ceux qui osent aller trop loin !

 

Be Sociable, Share!