Profitant des connaissances acquises au fil des mois sur le Raspberry Pi et de travaux sur un prototype au bureau, j’ai décidé de me lancer dans un projet domotique sur mesure pour aider un ami à automatiser son habitation et l’extérieur.

Les critères sont simples :

  • un Raspberry Pi 2
  • gérer une ouverture de portail
  • gérer des prises 433 MHz télécommandées
  • gérer une alarme avec activation rfid/web/radio
  • recevoir des alertes email/push/sms en cas de déclenchement
  • gérer des télécommandes 433 MHz multi-boutons
  • gérer des caméras IP
  • intégrer les caméras dans une interface web simplifiée
  • intégrer une interface web de gestion domotique
  • par la suite, gérer des stores électriques via radio (Chacon Di-O)

Pour commencer, l’ouverture de portail sera gérée par une simple platine de télécommande 433 MHz et 4 relais : 2 fonctionnant en on/off, à la manière d’un télérupteur, et 2 fonctionnant en impulsion (activation tant que le code est reçu). Deux relais, donc deux ouvertures possibles : totale, ou juste piéton.

La gestion des télécommandes 433 MHz utilisera de scripts et modules déjà connus, utilisés par exemple sur notre RaspiDomo. Les platines seront intégrées dans un boîtier intégré dans les murs en placo proche des arrivées EDF/internet.

La gestion RFID est elle un peu plus complexe, basée sur un module électronique RC522 sur mon propre prototype :

rc522

Le RFID sera par la suite géré seul, par une interface dédiée, la K2000, solution chinoise livrée avec plusieurs badges :

k2000_RFID

A la sortie de cette interface, une impulsion lorsque le badge est reconnu, capable d’activer une gâche électrique : ici, nous ne l’utiliserons pas, nous nous contenterons de badger en entrée et de badger en sortie pour activer ou désactiver l’alarme, une impulsion à chaque fois donc, reçue et traitée par la Framboise. Une LED viendra confirmer la mise en route ou l’arrêt de l’alarme, télécommandée depuis le Raspberry Pi 2. Avantage : solution simple, autonome. Inconvénient : ne pas pouvoir gérer selon l’identifiant du badge, mais ce n’est pas notre idée pour le moment.

La gestion Web : un peu de php, pas mal de scripts bash, une tâche de fond (réception 433 MHz), voir même deux sur mon proto qui lit également le RFID en direct. C’est un gros programme tout bête, des boutons qui portent chacun un nom précis et qui déclenchent des actions, souvent des scripts .sh, parfois des scripts Python ou Python3.

Retour sur le RFID, cette fois-ci avec un prototype de course et un script de mise en marche / arrêt à chaque passage d’une carte :

C’est tout simple, un peu de Python3. Via twitter, voici une version différente, avec cette fois deux badges, le bleu allumant la led… bleue bravo 😉

Je vous présenterai par la suite l’intégration de ce projet dans une boite d’encastrement pour placo, laissons maintenant le temps aux différents matériels d’arriver, le temps de « recopier » le prototype et de personnaliser la solution domotique finale. Que de boulot en perspective, mais pour un geek, c’est un bonheur 😉