Certes, je ne suis pas Nazairien, du moins du côté de mon adresse postale, mais j’y ai vécu plusieurs années et m’y retrouve très souvent, dans cette belle ville qui n’a cessé de s’améliorer au fil des années.

J’y ai vu Ville-Port se développer, la base sous-marine évoluer, et désormais c’est le front de mer qui change radicalement de visage, passant d’un trottoir plein de cailloux à la plus belle promenade de la région, un peu comme La Baule mais sans les horribles barres bétonnées et sans le bling-bling. Bref oui, j’adore St Naz, j’adore son évolution, et quand j’entends qu’elle entend prendre un tournant numérique, mon sang de geek et d’entrepreneur ne fait qu’un tour : mais que pourrais-je bien rêver pour la cité côtière ?

Pour commencer, j’espère que la municipalité en place n’ira pas mandater à grand coup de dizaine de milliers d’euros l’un des gros opérateurs, toujours en rechercher de solution juteuse pour se valoriser, soit en faisant payer les utilisateurs, soit en plaçant de nombreuses publicités sur les pages d’un éventuel hotspot.

Non, je rêve plus d’un déploiement bien pensé, un déploiement qui proposerait par exemple plusieurs réseaux sur certains sites stratégiques :

  • la base sous marine
  • le Ruban Bleu
  • la promenade le long de l’Estuaire
  • la place de la mairie
  • les principales plages de la ville
  • le skate parc
  • le quai d’accueil des paquebots sur le port
  • le futur port de plaisance de la ville

Les réseaux :

  • un réseau hotspot gratuit, limité en durée/débit ou non, destiné aux visiteurs de la ville et aux passants
  • un réseau d’infrastructure destiné aux services municipaux et utilisé pour les manifestations ponctuelles, la connexion des bars de plage par exemple, voir des écoles publiques.
  • un réseau de connexion internet sociale, destiné aux habitants les moins disants, moyennant un forfait symbolique : un accès internet pour ceux qui ne peuvent se permettre de dépenser une fortune chaque mois, mais un accès complet, sans fioritures ni extras, juste un accès digne et efficace.

Et quand je pense déploiement, je pense inévitablement : QUI ?
Oui, qui va déployer ? Configurer les bornes en labo, c’est simple, les optimiser sur site pareil, mais qui va aller tirer les câbles ethernet, monter les antennes, visser les fixations ? Et là je me dis que faire appel à un grand groupe national serait encore une erreur à éviter : pourquoi ne pas utiliser les capacités locales, les services techniques de la ville par exemple, ou le professionnel déjà chargé des réseaux informatiques ou électriques ? Tirer une gaine avec un câble ethernet n’a rien de sorcier, pas plus que de venir entretenir un lampadaire en fait, St Nazaire dispose certainement de professionnels parfaitement aptes à ce type de boulot, pour peu qu’ils soient accompagnés et du coup formés à la maintenance : limitez les coûts, augmentez les capacités humaines et le savoir des équipes, n’est-ce pas là une belle idée que d’utiliser les énergies locales ?

Après tout, le maire de la ville, David Samzun, semble soucieux d’impliquer les citoyens dans les projets de ville, d’écouter leur parole, et même d’aller à leur rencontre, chose assez novatrice pour une ville de cette taille.

En conclusion, n’en doutez pas, le savoir faire local existe, que ce soit en hotspot (http://wifipak.fr), en réseau radio pur (http://monwifi.fr), mais pas que : je connais des concepteurs de sites internet, pratique pour un hotspot qui a de l’allure, je connais des spécialistes du réseau informatique, des électriciens, des couvreurs qu’une telle aventure numérique ne laisseraient pas indifférents et qu’il serait sans doute super intéressant de rencontrer, d’écouter, car leur expérience vaudra tous les jolis discours des grands groupes qui vous ont sans doute démarcher.

Alors St Nazaire, chiche, cette révolution numérique, vous allez la jouer collective ou la confier à un seul gros compte ? Faites confiance à ceux qui croient en cette énergie Nazairienne, et croyez-moi, ils ont des idées, beaucoup d’idées pour que leur ville rentre dans l’ère numérique, au moins en WiFi.

 

Be Sociable, Share!