Ce billet me trotte dans la tête depuis un certain temps : tout passer en IP, oui mais pourquoi ? Quelle drôle d’idée ?! Lors d’une conversation téléphonique, lors d’une installation, souvent mes interlocuteurs sont étonnés de cette proposition qui consiste à utiliser du réseau IP sans fil plutôt que de l’analogique, tellement plus simple.

Seulement voilà, l’analogique, cas par exemple d’une transmission vidéo, présente quelques inconvénients :

  • une seule et unique émission, dans un sens unique : émission vers réception !
  • on occupe pleinement une fréquence et une largeur de bande, pour une seule et unique émission.

Et puis pourquoi basculer en IP sur WiFi ? Imaginons un réseau de surveillance vidéo et d’alarmes sur un parc industriel composé de plusieurs bâtiments : anciennement, on creusait des tranchées entre les bâtiments, on devait obtenir des autorisations s’il fallait traverser le domaine public, on posait ensuite des goulottes dans lesquelles on tirait des câbles blindés pour acheminer les signaux, avec les pertes que cela supposait, les risques de voir une goulotte bouchée parce qu’un cailloux s’était enfoncé dedans lors du rebouchage, etc. Passons sous silence le temps nécessaire à tout cela, le coût de la main d’œuvre et du matériel de chantier. Non vraiment, je crois qu’il faut sauter le pas, et vite…

Désormais, cela passe en radio, en WiFi : on tire un faisceau radio d’un bâtiment à un autre ou, mieux encore, on « éclaire » une zone en intégralité, avec un ou plusieurs points centraux, tous interconnectés, redistribuant à xxx clients WiFi. Plus de permis pour faire des pâtés de sable et de terre, plus d’indisponibilité d’un parking ou d’un chemin d’accès, tout devient plus simple, aérien j’allais même écrire 😉

Raisonnons simplement : nous posons une autoroute radio, à 150 Mbps, autoroute sur laquelle nous allons faire transiter ce que bon nous semblera : vidéo, voix (VoIP), accès internet (surf), télécommandes basse tension ou 220 V, réseau local, partage de fichiers, messagerie, public address, etc. Le dimensionnement de l’autoroute permet en outre de TOUT faire passer en même temps, dans TOUS les sens possibles : c’est la fonction du routage IP, l’aiguillage qui va vous indiquer où aller et comment y aller, simplement, facilement.

Mais par contre cela demande de nouvelles compétences : un spécialiste de l’alarme devra actualiser ses connaissances, adieu le câblage de grand-papa, bonjour la technologie sans fil, les notions de routeurs, de passerelles, d’adresse IP. C’est une remise en question puissante, forcée, nécessaire, qui permettra à ceux qui oseront se lancer de maitriser les marchés à venir, des marchés qui simplifieront les installations, multiplieront les possibilités d’extension !

Le spécialiste des ponts vidéo découvrira rapidement qu’il lui est d’un coup possible de diffuser plus d’un flux à la fois, tout en télécommandant à distance ses caméras, et même en relayant ses images sur des dizaines de kilomètres, tout cela pour le prix d’un pont réseau.

Le technicien d’une radio FM découvrira lui qu’il peut diffuser un flux audio depuis son studio d’enregistrement mobile, dans une exposition par exemple, vers sa régie. Il découvrira aussi qu’il peut se passer des faisceaux hertziens à 20 000 € pour se tourner vers des solutions tout aussi puissantes, voir même plus rapides, tels les bridges MIMO.

En WiFi, je le disais récemment à un ami : « quand on voit sans obstacles, on peut relier !! ».
Et encore, j’ai simplifié à l’extrême, car si je prends une récente installation dans un camping voisin, les bridges 5 GHz sont souvent capables de se « faufiler » à travers plusieurs rideaux d’arbres, tout en conservant un débit maximum.

Alors, vous aussi, quand allez-vous oser le tout IP et enfin vous simplifier la vie ?! Pas si simple ? Parlez-en, nous sommes là pour vous guider, vous aider.

Be Sociable, Share!