Revenons un peu sur les essais d’un routeur 4G modifié pour être installé dans un boîtier étanche, et relié à des antennes à gain. Profitons du ciel bleu breton et installons notre matériel en extérieur, au bout de 6 m de mât TV emboitable :

Nous avons un peu amélioré les fixations, de façon à relier nos antennes côte à côte et à rigidifier l’ensemble. Les sorties coaxiales sont protégées par un ruban auto-vulcanisant, adapté pour résister aux conditions météo bretonnes en hiver.

Rapide test de débit sur ce seul routeur :

Pas mal, avec seulement 75 % de signal 4G, c’est un détail mais il faut le préciser : nous sommes passés de 50% sur un rebord de fenêtre à 75 % au bout du mât posé temporairement en extérieur pour nos essais, une amélioration plutôt convaincante, avec un doublement du débit, sachant que d’ici peu l’ensemble sera encore 4 m plus haut, installé en toiture.

Branchons le routeur sur le réseau géré par notre OverTheBox (3 lignes ADSL, 1 connexion 4G) et observons :

71.5 Mbps en pointe en descente, nous dit l’OverTheBox, 41 Mbps en moyenne, waouh !! Plutôt pas mal !

En upload, c’est à dire d’ici vers internet :

8.51 Mbps en pointe, 4.78 Mbps en moyenne, largement assez pour espérer envoyer des vidéos sur youtube ou nos flux de surveillance vidéo !

Détail intéressant, le routeur intègre la fonction SMS, pratique pour suivre votre consommation, ici à moins de 10 jours de la remise à zéro des 100 Go mensuellement disponibles :

Bon, certes, il y a un hic pour le particulier : le prix de revient de l’ensemble n’est pas doux et léger comme l’air, un peu l’inverse, puisqu’il avoisine allègrement les 300 € s’il faut compter tout le matériel utilisé, mais le résultat est bien là, de plus en plus satisfaisant, de plus en plus exploitable.

Rappelons qu’en Loire Atlantique nous avons bien 6 années de retard, la faute à un Président de Département 44 peu visionnaire sur les besoins croissants en très haut débit, préférant prolonger la durée du vie d’un réseau cuivre oxydé et bricolé plutôt que de prendre sans délais le virage du très haut débit, la preuve :

Résultat, par la faute de M. Grosvalet, pour travailler convenablement, il faut y mettre les moyens, ajouter des lignes, dépenser des abonnements, etc. La fibre ? D’ici 2020 si tout va bien, s’il n’y a pas encore et encore de retards.

Désormais, nous visons l’installation définitive de ce matériel, avec l’espoir d’un signal 4G à 100% si tout va bien. A suivre prochainement, l’escalade des ardoises est prévu dans la semaine 😉

 

Be Sociable, Share!