Peut-être vous souvenez-vous des soucis de fraude dont Infracom a été victime en début d’année 2010 ? Je voulais revenir, dans une rapide réflexion, sur le système de vente en ligne actuel, un système qui ne protège pas les commerçants, surprotège les clients et semble dégager les banques de toute obligations.

Je m’explique : je commande la toute dernière TV LED 3D grand format pour 3500 € sur ma boutique en ligne préférée ! Deux mois plus tard, j’indique à ma banque que ma carte a été volée et leur demande de recréditer les 3500 € qui m’ont été si injustement débités… Impossible me direz-vous ? Eh bien si, c’est possible, et ce durant 13 mois à la date d’achat si je ne m’abuse !!!!

Bien entendu, le commerçant va alors vous chercher des poux et déposer plainte en gendarmerie, ce qui ne me semble pas extraordinaire, considérant votre exaction. Eh bien là encore, surprise : si la banque du gentil commerçant ne s’associe pas à la plainte qu’il vient de déposer, l’affaire sera classée sans suite, une information récemment communiquée par ma gendarmerie, suite à mon dépot de plainte début 2010 !!

Mieux encore, très souvent les gendarmeries ont pour consigne de ne pas rédiger de plainte mais seulement une main courante, autrement dit, rien.

Là, je me dis que nous marchons sur la tête. Si je prends mon exemple personnel, ma banque, le Crédit Agricole Atlantique Vendée, n’ayant pas jugé utile de s’associer à ma plainte, ne me donne alors aucun espoir de voir mon dossier aboutir sur un plan judiciaire. Or, j’ai tous les éléments en main : une plainte, un contact avec une cellule spécialisée sur ce type d’affaire, un courrier au Procureur de la République !

Dois-je donc en conclure que le système arrange les banques ? Les banques acceptent-t-elles que leurs commerçants cartes bancaires soient ainsi laissés sans protection et, pire encore, sans assistance de ses services juridiques ? Là j’ai du mal à suivre si tel est le cas : je suis client du Crédit Agricole depuis de nombreuses années, mais pourquoi ne bougerait-il pas dans le cas d’une escroquerie avérée ? Je reste sur une impression d’injustice, une impression de ne pas être considéré comme client, même petit, et avec un goût amer quant à ce système de vente en ligne qui, s’il n’évolue pas rapidement, conduira les commerçants à s’en méfier et à le rejeter petit à petit.

Je terminerai sur une note humoristique, après avoir scanné les logs de ce blog, effectué quelques recherches, et découvert quelles adresses IP s’y trouvaient : 192.44.63.xx, 158.191.172.xx et quelques autres du même genre.  Difficile de se cacher sur internet non ? 🙂

Les commentaires sont bien évidemment ouverts, y compris pour ma banque puisqu’elle semble visiter ce blog, une banque que j’apprécie tout de même en dépit de la déception qu’elle m’a procurée cette année et qui trouverait là une occasion pour éclairer ma lanterne sur l’absence de dépôt de plainte par exemple. Jouons le jeu d’internet après tout, voici l’occasion ou jamais non ?

Be Sociable, Share!