Dans un monde communiquant, l’information fait rapidement le tour, un client m’ayant averti qu’il avait parlé d’une solution Infracom installée sur son voilier, sur un blog dédié aux solutions nomades.

L’article présente les connexions WiFi à bord d’un bateau, mais on peut aussi l’appliquer à tout autre mode de transport.

L’utilisation d’une Nanostation M2 ou Nanostation 2 est en effet une solution pratique dans le monde du nautisme, le boîtier plastique restant “insensible” aux attaques d’un milieu fortement salin par définition. De plus, la NSM2 s’alimentant en 12 V (injecteur à prévoir !!), elle s’utilisera sans problèmes sur la batterie de bord.

Là où par contre je suis totalement opposé à ce que dit l’article du blog sus-mentionné, c’est sur l’utilisation d’un “booster”, un amplificateur in french, car à 90 € le module, plus l’antenne, plus la clé USB, autant directement basculer sur un module tout intégré, plus efficace, et sans risquer de se griller le neurone avec un module de 1 W à côté de l’utilisateur et sans voir les pièces métalliques de l’antenne ou du câble de liaison rouiller rapidement avec l’air marin !! 🙁

Même combat pour les antennes WiFi USB à 180 € : c’est exagéré et inefficace, sachant que le 2.4 GHz utilisé est absorbé par l’eau : il faut impérativement une solution DIRECTIVE pour pouvoir espérer avoir un signal maximum, surtout pas une antenne omni.