Et ça recommence, le trublion Free relance la guerre des fréquences : l’attribution prochaine des fréquences LTE est un enjeu de taille pour l’opérateur qui n’entend pas se faire avoir par un gouvernement qui ne vise qu’une juteuse rentabilité lors de l’attribution définitive. Après tout, pourquoi ne pas essayer de s’en mettre plein les poches, au détriment des petits opérateurs ?! Le budget du pays est au plus bas et la multiplication des radars ne suffit pas à le renflouer, voici donc une autre belle opération financière en vue…

Pourtant l’ARCEP, autorité de régulation, avait bien précisé : « le prix minimum (de réserve) ne doit pas être trop élevé sinon des candidats ne se présenteront pas ou pire, certains lots ne seront pas attribués. De toute manière, le système d’enchère devrait permettre aux quatre opérateurs d’avoir des fréquences. »

Free va donc se battre pour que les tarifs restent raisonnables, mais aussi pour que la répartition des fréquences soit équitable, seules solutions pour qu’il puisse accéder au Saint Graal du futur internet mobile qui devrait se dessiner à l’horizon 2012/2013 en France, largement à la traine sur la plupart des pays industrialisés.