Sur la Depeche.fr, quand on parle de Wimax, on écrit tout, mais surtout n’importe quoi, comme par exemple :

« Les ondes électromagnétiques du Wimax sont encore plus puissantes (5 mégahertz) que celles de la téléphonie mobile , indique Dominique Masset. »

M. Masset étant un digne représentant de la contestation anti-Wimax, maire de la commune de Montagagne, il est bien au fait de tout cela, nos lecteurs l’auront constaté 😉 A toutes fins utiles, en France, le Wimax fonctionne sur 3.5 GHz, peut être prochainement sur 2.4 GHz, mais pas sur 5 MHz, des ondes décamétriques qui auraient bien du mal à supporter un tel protocole.

Dire qu’il est plus puissant que la téléphonie mobile semble en outre exagéré. M. Masset n’a sans doute pas été mesurer le rayonnement de son téléphone DECT à la maison (numérique sans fil), de son four à micro-onde, de l’émetteur tv qui couvre sa région, etc.

Notre journaleux ajoute alors : « Les ondes Wimax circulent à l’horizontale et touchent donc tout ce qui vit sur le territoire où s’étendent les émissions. » On lui parlera un jour de polarisation horizontale ou verticale dans ce cas là, éclairant sans doute sa lanterne technique…

Que dire également de : « La WiFi suscite les mêmes questions avec son antenne intégrée dans les « live box » qui fonctionne par défaut en permanence si elle n’est pas déconnectée. » Oui, Monsieur le journaleux, une livebox fonctionne en wifi quand elle n’est pas déconnectée, mais de la même façon, ma voiture roule lorsqu’elle n’est pas à l’arrêt, et de l’eau sort du robinet lorsqu’il n’est pas fermé. Voici qui va faire avancer le débat auprès du grand public, n’en doutons pas, vous nous apportez un éclairage nouveau sur cet aspect technique !

Alors oui, j’en ai marre de lire tout et surtout n’importe quoi ! On accuse toute nouveauté qui rayonne, mais on n’accuse pas tout ce qui est déjà intégré à nos habitudes : lignes THT EDF, téléphone DECT, four à micro-ondes, portiques de sécurité dans les magasins, émetteurs TV, les faisceaux hertziens qui relient les relais entre eux, etc. Le pire, c’est que pour un article, on expédie souvent un pigiste, débutant, incompétent, se contentant de copier ce qu’on lui dit, sans analyser, sans rechercher, pondant un article comme il ferait un résumé de texte, sans rien de plus !

Ce genre d’article est dommageable pour qui le publie, dommageable car il n’intègre aucune analyse : autant donc enregistrer les discussions et les écrire, cela reviendra au même !

Un « article » à découvrir sur la Depeche.fr

clown