Jean-François Copé, dans la récente lettre adressée aux députés, invite fortement ses collègues UMP à voter la loi Hadopi, coûte que coûte !

Cela ne peut qu’aboutir à une réflexion : mais dans quelle démocratie sommes-nous ? Une démocratie où le responsable du parti au pouvoir donne des ordres à nos députés, élus par nous faut-il le rappeler !! Une démocratie où l’omni-président téléguide tout, et surtout n’importe quoi, une démocratie où la liberté de ton, la liberté de parole est sans cesse réduite, contrôlée, mise au pas !

Est-ce bien cela que nous voulons pour notre avenir ? Un contrôle sans cesse plus présent, sans cesse plus poussé ? Quid de la responsabilité des citoyens, de leur confiance que nous devrions leur accorder plutôt que de tout de suite chercher à légiférer, à brimer, à réprimander ?

Nous sommes le pays de la Révolution Française, ce pays qui a exporté certaines valeurs à l’autre bout du monde, ce pays qui a pour devise “Liberté, Égalité, Fraternité”, le pays des Droits de l’Homme comme nos politiques se plaisent souvent à le rappeler, une main sur le cœur et l’autre avec un stylo s’apprêtant à les bafouer… Devons-nous laisser disparaître cette liberté de ton qui a fait, jusqu’à présent, de la France un pays où il fait bon vivre ?

Depuis quand devons-nous donner des ordres à nos députés, de la majorité ou de l’opposition ?! Sont-ce donc des chiens ou des jouets soumis au bon vouloir de l’Empereur ou des Hommes “libres et de bonnes mœurs”, selon l’expression fréquemment utilisée ?!

Personnellement, je n’ai pas choisi mon député pour qu’il soit l’instrument d’un parti, mais pour qu’il me représente en son âme et conscience, libre, avec sa sensibilité, ses émotions, ses convictions ! Et s’il devait en être autrement, ma carte d’électeur servirait rapidement à lui trouver un nouveau boulot, à le dégager des ses responsabilités car il aura trahi ma confiance de citoyen !

Hadopi est une ineptie, tant au niveau réglementaire qu’au niveau de nos libertés. Ne contestons pas et n’encourageons pas le piratage, ce n’est pas l’idée, mais trouvons une fois pour toute une nouvelle économie, une économie du 21ème siècle, adaptée aux enjeux numériques, adaptée au monde et non pas figée sur notre exception culturelle franco-française qui fait sourire tous nos voisins étrangers ! Je ne veux pas d’une ministre soumis à Pascal Nègre, je ne veux pas de députés obéissant au claquement de doigt de l’Empereur : je suis citoyen Français, libre, démocrate et j’entends le rester, Madame Albanel, Monsieur Copé !!

Maintenant j’en suis désormais certain, le 7 Juin, je m’engage à vous sanctionner pour vos mesures liberticides, j’en fais la promesse solennelle sur notre constitution française !